United Kingdom FlagGermanyItalian Flag

Sifer 2017

21-23 mars 2017   |  Lille Grand Palais, Lille, France

Hero Image

Tribune de Yves Ramette (i-Trans et IRT Railenium)

Pour rester dans la compétition mondiale, les acteurs de la filière ferroviaire française doivent opérer leur mue digitale

Par Yves Ramette, président de i-Trans et IRT Railenium, partenaire de SIFER 2017

Monsieur Ramette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Yves Ramette, président de i-Trans et IRT Railenium

Avec 4,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires, dont 30% est réalisé à l'export, la filière ferroviaire française se positionne dans le trio de tête mondial, derrière la Chine et l'Allemagne. L'expertise de notre écosystème industriel est reconnue dans le monde entier et quelques-unes de nos innovations sont devenues de véritables emblèmes de notre savoir-faire : la grande vitesse, le tramway, l'automatisation du métro. Et pourtant... Le secteur ferroviaire vit une époque charnière, coincé entre l'envie d'exporter ses acquis auprès de très grands pays en développement comme l'Inde et l'ambition de créer les conditions d'un renouveau technologique capable de générer de nouvelles innovations de rupture comme le train autonome par exemple.

Pour maintenir sa compétitivité et ainsi continuer à générer de la valeur économique sur son territoire, la filière ferroviaire doit investir de manière plus importante en matière de recherche et développement et d'innovation et s’appuyer sur la révolution digitale et numérique. Pour y parvenir, la filière doit accepter la fertilisation croisée avec d'autres secteurs industriels. Regardons un instant la capacité d'innovation des modes de transport concurrents, à la fois sur le plan technologique et sur les modèles économiques : le covoiturage, la voiture partagée, l’ubérisation, le low-cost aérien, la géolocalisation par satellite. L’internet des objets. C'est un comble, le ferroviaire ne peut pas avoir un train de retard ! Le ferroviaire doit se donner les moyens de retrouver sa place de leader technologique et économique.

La collaboration avec d’autres acteurs industriels innovants est une des clés de nos réussites futures... En nouant des partenariats avec l'écosystème de la FrenchTech, en construisant des grands programmes de RDI sur des enjeux technologiques futurs majeurs, en poursuivant le travail entamé avec Fer de France pour construire une offre nationale de formation de haut niveau adaptée à la demande du marché afin d'attirer de nouveaux talents et améliorer les outils de l’apprentissage.

i-Trans et Railenium, outils modernes de financement et d’innovation s’il en est, ne sont pas encore assez sollicités par les grands acteurs du domaine.

Ces outils peuvent permettre le déploiement d'une stratégie globale autour de la question de la mise sur le marché d’innovations ferroviaires et de services menées avec l'ensemble des parties prenantes comme les grands opérateurs de transport, les gestionnaires de réseaux, les meilleurs milieux académiques, les écoles d’ingénieurs, les start-ups innovantes, les PME/PMI toutes filières confondues…Pour proposer au marché des systèmes techniques et économiques performants, pour optimiser les procédures d'essais mutualisées, développer les modèles et outils numériques de pré qualification, s’inscrire sans hésiter sur échelle européenne ou même mondiale pour pouvoir rivaliser avec les meilleurs… dans les meilleurs conditions.

Cinq objectifs prioritaires sont régulièrement partagés par l'ensemble des acteurs de la filière ferroviaire : la réduction des coûts, la performance / sécurité exploitation, l'efficacité du cycle de développement, l'empreinte environnementale, l'amélioration de l'expérience voyageur.

Le défi correspondant est à notre portée, conditions de la transformation de la filière ferroviaire. Il faut maintenant s’en saisir et agir.

i-Trans Railenium